Thomas Darracq : « Optimiser les performances de la joueuse »

Publié le 08/10/18

Le Pôle France constitue désormais un passage incontournable pour les joueuses de la filière d’accession au haut niveau.

Avant de s’envoler pour Buenos Aires et les Jeux Olympiques de la Jeunesse, Thomas DARRACQ, entraîneur de France 7 féminines moins 18 ans mais aussi et surtout Responsable Pôle France Féminin, fait le point sur une structure qui est en train de devenir un point de passage obligé pour accéder au plus haut niveau et permettre aux joueuses d’acquérir tous les outils pour performer en club mais aussi, but ultime, en équipe de France.

Qu’est-ce qui a changé dans la structuration du pôle France ?

Thomas DARRACQ (Responsable Pôle France Féminin) : « L’année dernière, il y avait à peu près 80 à 90 jours de présence sur la structure du CNR pour le pôle France. Cette année, on a réduit à 7 semaines de 5 jours car l’objectif est de travailler en commun avec les clubs. Nous sommes en adéquation avec le projet fédéral notamment sur la relation et les échanges avec les clubs. Les contenus vont être modifiés, mais surtout le travail va être beaucoup basé sur la mutualisation du travail avec les clubs sur les objectifs, les formes de travail, le suivi des performances des joueuses. Comme pour les garçons, nous cherchons à optimiser les performances de la joueuse pour l’emmener le plus rapidement possible vers les équipes de France, que ça soit le 7 et le XV. Cette nouvelle organisation s’accompagne d’un travail transversal entre les différents staffs sur les moins de 18 ans à 7, France 7 développement avec notamment la présence de l’encadrement de France féminines qui interviennent en tant qu’entraîneurs sur la structure. Il y a aussi Philippe Doussy ou Romain Huet, préparateur physique du XV de France, qui permettent également de mettre le maximum de liens entre les différentes équipes de France et surtout les clubs. »

Cette transversalité, c’est peut-être ce qu’il manquait dans la structuration du rugby féminin de haut niveau ?

Thomas DARRACQ : « Oui, pour avoir fait quelques années dans les structures, aujourd’hui au niveau du XV de France et du 7, il y a un travail en commun, il y a des réunions mensuelles sur les échanges au sein des différents encadrements pour parler, à la fois de l’organisation, des objectifs des équipes nationales et surtout des joueuses pour avoir la meilleure connaissance possible à la fois pour la sélection, mais aussi pour créer le parcours individuel de formation. »

Quels sont les profils de qui composent ce Pôle France ?

Thomas DARRACQ : « Par rapport aux contractualisations des filles à XV et à 7, on a eu la volonté de rajeunir parce que pas mal de joueuses avaient été intégrées sur ces listes. L’objectif, c’est bien sûr de faire une passerelle forte avec les moins de 18 ans et les cadettes, qui aujourd’hui sont un gros vivier et sont en train d’augmenter énormément en terme d’effectifs et de qualité. Pour la première fois cette année, sur les moins de 18 ans, il y aura un Top 100 pour évaluer les 100 meilleures joueuses françaises. Ça veut dire qu’aujourd’hui, le travail des académies, des pôles, des CET depuis 2014 avec l’événement de la Coupe du Monde, payent. Cela permet d’avoir une quantité de joueuses importante. Aujourd’hui, il nous fallait vraiment avoir une structure qui permet d’avoir une meilleure connaissance et essayer d’optimiser ce qu’on pense être les plus gros potentiels. »

Vous donnez aussi le temps de se former puisqu’une joueuse peut rester plusieurs années dans ce Pôle France ?

Thomas DARRACQ : « Oui, aujourd’hui nous n’avons pas la volonté de rester sur une année comme on a pu le faire avec le Pôle France masculin à une certaine époque. Il y aura certainement des filles qui ne seront là qu’une année parce que la structure ne leur conviendra peut-être pas ou que le potentiel ne s’avèrera pas compatible avec le haut niveau. Mais nous souhaitons garder les filles, un, deux, voire trois ans avec cette idée qu’elles se soient déjà appropriées les outils et que ça soit nos meilleures ambassadrices pour créer cette notion de transmission et de culture du haut niveau féminin, au travers de la structure du pôle France. »

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France