Jessy Trémoulière, la vie en double

Publié le 18/04/18

La Française, qui a resplendi tout l’hiver, a pris une nouvelle dimension au sein du XV de France avant de repasser au 7.

Jessy Trémoulière vient d’ajouter à son tableau de chasse un deuxième 6 Nations, un premier Grand Chelem. Une belle réussite pour cette joueuse de 25 ans qui n’a que neuf années de ballon ovale derrière elle. L’Auvergnate a d’abord joué au foot, jusqu’à cette initiation donnée à son lycée de Brioude-Bonnefont. « J’ai longtemps pratiqué les deux sports. Puis il y a eu rapidement une sélection en équipe de France Agricole, puis en U20 et une première cape à 19 ans. Le choix s’est donc fait naturellement. Depuis, j’ai tout le temps été sollicitée. »

Sauf quand elle est blessée, comme ce fut le cas juste avant le Mondial en Irlande l’été dernier, ou quand elle est appelée à préparer une grosse échéance avec le 7. « Je vais maintenantbasculer sur le 7 pour essayer d’être au Mondial de San Francisco. Cela fait un an et demi que je n’ai plus joué de tournoi », souffle l’arrière du XV de France, sous contrat avec la FFR. C’est David Courteix qui lui a fait cette offre, en 2015, à l’amorce de la ligne droite qui menait à Rio. « J’y avais déjà un peu goûté, maisc’est quand même un sport de fou où on n’arrête jamais de courir ! » rigole-t-elle. La récompense est généreuse. Partie réserviste au Brésil, elle remplace Shannon Izar, blessée, pour quelques minutes olympiques et des souvenirs pour la vie.

Depuis Rio, la vie de Jessy Trémoulière a changé. Après de fidèles années à Romagnat, son club formateur, elle s’en est allée découvrir de plus hautes ambitions à Rennes. Une décision mûrement réfléchie. « Je suis amenée à être beaucoup sur Paris, c’est plus simple. J’ai aussi vite accroché avec la ville, j’y ai des connaissances comme Sandrine Agricole. Même sans phase finale, c’est une première année positive avec plus de rythme, d’intensité. Je m’amuse, je m’épanouis. »

Les Bleues ont profité à plein de sa forme étincelante cet hiver : meilleure marqueuse du Tournoi et joueuse du match face à l’Italie (22 points), comme elle l’avait été à Twickenham en 2015, un de ses meilleurs souvenirs avec la Coupe du monde 2014 en France (3e). « L’ambiance à Jean-Bouin était fabuleuse. Je n’avais jamais joué devant autant de monde », apprécie-t-elle. « Jess » a sans doute passé un cap cet hiver et décroché un statut de cadre de l’équipe qu’elle veut assumer. « Il faut prendre ses responsabilités. Je n’ai que 25 ans, mais je suis là depuis longtemps. À mon tour d’aider les jeunes. » Et la jeune femme est plutôt du genre à tenir ses promesses.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France