Gaël Fickou ou la vie en rose !

Publié le 02/10/18

Passé de la ville rose à la vie en rose, le centre international connait un début de saison explosif à Paris. 

Ceux qui ont la chance de le côtoyer régulièrement ne voient pas de changement de comportement chez Gaël Fickou. Depuis le début de saison, le centre tricolore enchaîne les performances XXL avec le Stade Français Paris.

Délesté de quelques kilos après une préparation intense, Gaël Fickou garde tout de même les pieds sur terre, « on ne va pas s’emballer mais c’est vrai que ça se passe très bien. Le changement de club s’est bien passé, j’ai été bien intégré. On va dire que la vie est rose pour l’instant mais il faut qu’elle continue. En tout cas, je m’entraîne dur pour ça. »

Un bien-être physique mais aussi mental pour celui qui n’avait connu que le Stade Toulousain chez les professionnels, « j’avais besoin de changement, c’était une volonté de ma part, j’avais envie de voir autre chose, tout simplement. J’ai passé des très belles années à Toulouse, mais voilà, je suis content aujourd’hui d’être à Paris. »

Déjà dans les radars du XV de France, son début de saison a forcément marqué les esprits de l’encadrement tricolore qui a profité de la tournée des clubs du Top 14 pour le rencontrer et échanger avec lui sur une année cruciale pour les Tricolores, « c’est une super idée de venir dans les clubs. Le fait d’échanger avec nos staffs techniques, c’est une super idée parce qu’on montre qu’on est en relation tous ensemble. On va dans la même direction. Avec jacques Brunel, nous avons évoqué le début du championnat, la tournée d’été, ou le rôle que je devrais prendre dans cette équipe, ce que je devrais améliorer. »

Avant la Coupe du monde, il y aura le triple rendez-vous de la tournée d’automne face à l’Afrique du Sud mais surtout l’Argentine, futur adversaire en poule des Bleus, « elle va être très dure. On va rencontrer de très belles équipes mais on sait aussi que l’on a les armes, que l’on a les moyens de pouvoir les faire déjouer. Ça c’est certain, j’en suis convaincu. Il va falloir être appliqué, qu’on travaille à 2000% pour être prêt pour la tournée de novembre si on a la chance d’y participer parce que ce sont des matchs exceptionnels. Personnellement, c’est pour des matchs comme ça que je joue au rugby. »

Malgré ses 24 ans, le natif de la Seyne-sur-Mer cumule déjà 38 sélections, ce qui le place parmi les possibles leaders du XV de France, un nouveau rôle qu’il ne veut pas s’imposer préférant que cela se fasse naturellement mais surtout en montrant l’exemple sur le terrain, « je connais la plupart des joueurs, ça va faire pas mal d’années que j’y suis maintenant. J’ai commencé très jeune et j’ai de la chance de connaître pas mal de monde dans l’effectif. Être leader, déjà, c’est jouer et être bon sur le terrain. Ce n’est pas en disant « t’es leader » que ça tu vas l’être. Je pense que ça doit se faire tout seul et faut pas se forcer. »

Voir cette publication sur Instagram

Focus ⚡️ @stade_francais_paris #top14 #paris

Une publication partagée par Gaël Fickou (@gaelfickou) le

De ces échanges vient alors la question sur cette nouvelle période qui s’ouvre devant lui. L’âge de la maturité ? « (sourire) … Je ne sais pas … (silence). C’est sûr que quand tu entends des bonnes choses sur toi, ça fait plaisir. Après, on sait que c’est un sport où chaque match est différent et tout est remis en question sur chaque match. Il faut rester humble parce qu’on n’est pas à l’abri de tomber le match d’après, d’être moins bon ou de se blesser. Souvent, les joueurs qui se sont emballés et ils se sont retrouvés très bas juste après. Donc je dois rester focus, rester concentré sur les objectifs que je me suis fixés. »

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France