XV de France / Entraîneur Top 14 : Une collaboration continue

Publié le 27/11/18

Les encadrements du XV de France et des clubs professionnels étaient réunis à la FFR afin de réaffirmer leur volonté de collaboration.

Un beau trio était réuni à Marcoussis. Les trois entraîneurs des trois derniers champions de France étaient présents en salle de presse pour répondre aux questions des journalistes sur la journée de travail en commun avec l’encadrement des Bleus. Franck Azéma, Christophe Urios et Laurent Labit ont ainsi réaffirmé leur volonté de coopérer avec Jacques Brunel et son staff. Avec pour finalité d’aider le XV de France et donc de placer le joueur dans les meilleures dispositions possibles. Franck Azéma, manager de l’ASM Clermont Auvergne, exprime désir de poursuivre dans ce sens. « Il faut rassembler tous les acteurs du top 14 et le staff de l’équipe national afin de mettre le joueur au centre du projet. Il faut donc tout faire en fonction de cela afin d’aider l’équipe de France. Même son de cloche pour Christophe Urios, manager du Castres Olympique. « Nous sommes en adéquation avec l’objectif : faire en sorte de travailler ensemble pour que le joueur se sente concerné et que nos relations permettent au joueur de progresser encore plus. Il faut partager ses difficultés, ses doutes et ses réussites ».

Une bougie de soufflée

Cette initiative date de janvier dernier coïncidant avec la prise de fonction de Jacques Brunel. Franck Azéma l’a rappelé. « Nous restons dans la continuité de la résolution de Jacques. Nous avons fait un bilan de sa venue dans les clubs avec les ressentis des entraineurs et des joueurs. Ensuite, nous avons abordé la préparation physique à l’intersaison prise en main par les clubs et merci d’ailleurs au staff du XV de France de nous faire confiance ». Ces réunions permettent aux protagonistes du rugby français de réfléchir à l’amélioration du fonctionnement de l’équipe de France.

Un nouvel outil va être mis en place dans ce sens. Les protagonistes de la journée ont validé la nécessité de partager toutes les données des joueurs à travers un instrument permettant de mettre le joueur au cœur d’une toile d’araignée de données et d’être le plus précis possible. Car comme le souligne Franck Azéma « c’est dans l’intérêt des joueurs car s’il y a une amélioration de leurs performances, de leur qualité de vie et qualité de récupération, cela aura une retombée bénéfique pour les clubs ainsi que le XV de France ».

Une union sacrée à perdurer

Laurent Labit, manager du Racing 92, abonde dans le sens de ses collègues. « Nous sommes dans la coopération entre l’équipe de France et les clubs. Car les joueurs sont au centre du projet. Nous devons avoir une prise de conscience collective pour mieux travailler afin d’obtenir des résultats sachant que les joueurs nous les avons. Finalement, il existe une volonté de travailler tous en direction de l’équipe de France ». Cette journée de travail reste dans la suite logique du travail entamé la saison dernière. Pour Christophe Urios, l’idée est de réfléchir « comment améliorer les relations car plus elles seront fortes, plus le joueur sera en sécurité et dans de bonnes conditions pour performer ». La présence de chacun démontre également une envie certaine de collaborer. « Je vois que tout le monde est concerné et fait preuve d’envie de s’engager. Nous avons des objectifs très différents mais cela n’enlève rien au fait que nous souhaitons aider l’équipe nationale ».

Un intérêt commun

Le ressenti des acteurs du championnat est partagé par Serge Simon, vice-président de la Fédération en charge des équipes de France. « En un an, nous avons fait des progrès extraordinaires. Tout le monde s’accorde à dire que la cogestion des internationaux n’est pas parfaite mais elle a fait un grand pas dans la bonne direction avec le partage des données et avec une gestion commune de la charge de travail. Aujourd’hui, une confiance s’est installée entre les encadrements ». Cette réunion s’inscrit ainsi dans le droit fil des précédentes avec de nouvelles idées qui ont émergées. Serge Simon va plus loin. « Tout cela se fait dans une approche sereine avec des échanges, des discussions, des contradictions évidemment mais le maître mot, c’est confiance maintenue et renforcée au staff de l’équipe de France. » Les échanges placent au centre le développement et la progression du joueur, non pas les intérêts du XV de France ou des clubs. Finalement Franck Azéma résume parfaitement la pensée globale. « C’est dans l’intérêt de tous d’aider l’équipe nationale ». Prochain rendez-vous pris après le Tournoi des 6 nations.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France