Dans le rétro : Pauline Bourdon, « c’était extraordinaire tant individuellement que collectivement »

Publié le 26/12/18

L’année 2018 a été fantastique pour France Féminines. Après s’être hissées sur le toit de l’Europe en mars en réalisant le Grand lors du Tournoi des 6 nations, les Affamées ont vaincu pour la première fois de l’histoire la Nouvelle-Zélande. Pauline Bourdon revient sur ce millésime prodigieux.

Cette saison, France Féminine c’est 85% de victoire (6 victoires su 7 matches) ...

Pauline BOURDON : « Nous avons un très bon groupe. C’est d’ailleurs notre plus grande force aujourd’hui. Notre cohésion est juste géniale. Après, nous nous entraînons énormément pour avoir des résultats. Et cela a fonctionné cette saison. Nous allons continuer sur ce chemin pour remplir notre objectif principal : être championne du monde dans deux ans en Nouvelle-Zélande ».

L’équipe s’attendait-elle à réussir une telle année ?

Pauline BOURDON : « Non je ne pense pas mais après c’est notre objectif de gagner tous les matches que l’on dispute. Dès que nous jouons, nous partons pour gagner. Il ne doit pas y avoir beaucoup d’équipes qui rentrent sur le terrain en se disant « on verra ce qui se passera ». C'est un poncif mais nous prenons nos matches les uns après les autres. Nous souhaitons la victoire au bout à chaque confrontation. Le groupe fait preuve d’une grande détermination ».

Avez-vous un souvenir de cette saison plus marquant qu’un autre ?

Pauline BOURDON : « Mon meilleur souvenir c’est la victoire face à l’Angleterre à Grenoble. Nous gagnons à la dernière minute. C’était un objectif de battre les Anglaises. Mais il restait encore à battre les Galloises pour remporter le Grand Chelem. Mais cette ambiance et ce soutien extraordinaire au Stade des Alpes reste un souvenir marquant. Là-bas, nous disposons vraiment d’un public qui nous suit, c’est génial. Finalement, c’est un peu notre Stade de France à nous (rires) ».

Si vous deviez définir 2018 en un mot, cela serait … ?

Pauline BOURDON : « ... (silence) ... je vais dire « extraordinaire ». Tout est dit non (rires). Vraiment, c’était extraordinaire tant individuellement que collectivement ».

Battre pour la première fois de l’histoire la Nouvelle-Zélande cela doit être quelque chose ?

Pauline BOURDON : « C’est toujours plaisant de gagner face aux Championnes du monde. Nous avons su gommer les petites erreurs aperçues au premier match pour ensuite gagner le deuxième test. Nous ne devons pas nous arrêter là. Le groupe doit se préparer pour aller gagner la Coupe du monde chez elle dans deux ans ».

Qu’éprouvez-vous à voir les Black Ferns venir faire une tournée en France pour la première fois ?

Pauline Bourdon :  « (convaincue) Cela démontre qu’elles avaient envie de nous rencontrer. Aujourd’hui, jouer la France devient quelque chose d’intéressant pour elles. Cela témoigne de l’ampleur prise par France Féminines. C’est une belle reconnaissance pour nous les joueuses, le staff, chacun des composants de cette super équipe ».

Au World Rugby Awards sur cinq candidates au titre de meilleure joueuse du monde il y avait quatre françaises. Et Jessy Trémoulière a été couronné, c’est une sacrée récompense pour les Bleues ?

Pauline BOURDON : « Cela prouve justement que le rugby féminin français prend de l’ampleur. Puis ceci montre que nous travaillons toutes individuellement pour qu’ensuite cela se ressente collectivement sur le groupe. Nous sommes une équipe soudée. Finalement avoir ce type de résultats atteste que le rugby féminin français est un grand sport ».

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France