XV de France : Au stade des repères !

Publié le 31/01/19

A la veille de l’entrée en lice dans le Tournoi des 6 Nations, les buteurs du XV du France sont partis en reconnaissance au Stade de France avant le début du choc face aux Gallois.

Anthony Belleau est le dernier à rentrer sur la pelouse. Le compte à rebours est enfin lancé. Avec le dernier Bleu à rentrer sur la pelouse, les 60 minutes allouées à l’équipe de France ont démarré. Les joueurs peuvent donc buter sans être perturber dans une enceinte dionysienne vide de spectateur. Difficile de croire que les Bleus sont à 24h de l’entame du Tournoi des 6 Nations version 2019 dans un stade si paisible.

Une prise de repère !

Les joueurs sont en autonomie dans l’exécution de leurs gammes. Une sorte de routine pour des garçons habitués à cet exercice en club comme en équipe nationale selon Baptiste Serin. « C’est important de venir avant, personnellement je le fais souvent avant les matches de Top 14. On prend la température du terrain, voir comment est le vent car cela rentre en ligne de compte. Nous venons aussi tester un peu la pelouse, s’accommoder du stade et trouver des pistes dans les tribunes pour avoir des angles de tir ».

Les Bleus enchaînent les frappes sous les regards de Philippe Doussy, entraineur des skills, et Jean-Baptiste Elissalde, entraineur des lignes arrières, présents pour les encadrer. Parmi les buteurs du jour Romain Ntamack est un des rares, avec Thomas Ramos, à découvrir ce lieu rempli d’histoire. « Je ne connais pas du tout ce stade, alors même si je ne puis pas le buteur principal demain, venir ici permet de me mettre moins de pression, découvrir un peu les lieux, voir à quoi cela ressemble et être plus libéré. C’est une grande fierté de pouvoir fouler la pelouse, y jouer demain et défendre l’équipe de France ».

Une impatience palpable

Les joueurs sont appliqués dans l’entraînement du but, exercice pouvant parfois faire tourner un match d’un côté comme de l’autre. C’est pourquoi les joueurs s’adonnent aux différents types de tir, allant du but de près, au drop ou alors à la pénalité longue distance. Tout y passe, permettant de ne pas manquer de repères demain soir à l’occasion de fouler la pelouse pour le choc franco-gallois. Anthony Belleau souligne l’intérêt de la reconnaissance d’avant match. « Pour ma part, j’aime beaucoup venir dans les stades où nous jouons, cela donne la possibilité de se projeter. On prend l’ambiance, on regarde le terrain et tout ce qui se passe autour. Nous venons également nous imprégner au maximum de l’endroit ».

A quelques heures du match, les joueurs cherchent des repères. Ici seul le réglage des derniers détails est de mise. Après deux semaines en commun les joueurs ont envie d’en découdre à l’image d’un Baptiste Serin trépignant à l’idée de rencontrer le Pays de Galles. « Cet entraînement fait un peu monter la pression ». Au-delà des repères de la pelouse, observer « comment souffle le vent même si cela peut être différent demain » reste primordial pour Morgan Parra. Finalement si le vent se lève, à la manière d’un Ken Loach, le buteur attitré des Bleus sera prêt.

Fiches de joueurs

PARRA Morgan

1988Année de naissance

71 Nombre de sélections

AS Clermont AuvergneDernier club

Voir la fiche complète de ce joueur

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France