Académie Fédérale : Les Super Hérault !

Publié le 18/01/19

Les Académies fédérales ont remplacé les 14 pôles espoirs pour permettre un meilleur maillage du territoire français dans l’accès à la formation de haut niveau. Un exemple à Montpellier.

Sous le soleil de Montpellier, Samuel Cherouk s’époumone à l’entrainement. Avant l’annonce de la liste des joueuses préparant le Tournoi des 6 Nations l’entraineur des avants de France Féminines prodigue ses conseils aux jeunes de l’Académie fédérale de la préfecture de l’Hérault. Un exemple de structure remplaçant les pôles espoirs depuis la rentrée 2018. Mais la plus grande nouveauté réside dans la mixité de ces 20 académies. Celle de Montpellier est composée de 14 garçons et 3 filles allant de 15 à 18 ans.

La mixité au cœur du développement

L’intégration de la mixité dans la structuration de ces académies est capitale pour la Fédération Française de Rugby comme le souligne son Directeur de la formation, Philippe Rougé-Thomas. « La mixité est importante pour nous surtout que les filles nous ont montré de par leurs résultats qu’elles étaient un vent de fraîcheur pour le rugby. Elles amènent une rigueur et par conséquent un changement de comportement chez les garçons ».

Les jeunes filles et garçons sont donc accueillis dans la même structure et s’entraînent ensemble. Cette volonté d’accompagner les jeunes joueuses dans l’accès à la performance et au haut niveau traduit bien la tendance actuelle au développement de la pratique féminine dans le rugby français. Pour Stéphane Ferrière, responsable de l’Académie Pôle Espoirs Rugby Montpellier, « le développement de la pratique mixte à haut niveau sur l’ensemble du territoire est une réelle opportunité pour l’augmentation du niveau de jeu aussi bien chez les filles que chez les garçons ».

Romane Ménager, joueuse internationale de France Féminines trouve dans la mixité des académies une réelle chance pour les jeunes filles, « c’est important pour le développement personnel et sportif d’une jeune athlète de développer ses performances au cœur même du système de formation. Pouvoir travailler dans un environnement scolaire, sportif et familial optimal est un vrai confort pour ces jeunes. »


Une visite saluée

Il était nécessaire de rapprocher les joueurs et joueuses de leurs clubs afin de leur permettre de participer aux entraînements collectifs et de réduire l’éloignement familial. Ensuite, les académies sont reliées à un lycée afin de conserver l’ancrage dans le double-projet. Il y a donc une collaboration forte avec l’Éducation Nationale pour élaborer les aménagements horaires. Ces académies permettent de former les joueurs aux échéances du plus haut niveau tout en les accompagnant dans la poursuite de leurs études car comme le rappelle Philippe Rougé-Thomas « le rugby n’est qu’une partie de la vie de ces jeunes ».

La présence d’Annick Hayraud, manager des équipes de France et de Samuel Cherouk ainsi que des joueuses de France Féminines ont réjoui les forces en présence selon Stéphane Ferrière. « Nous sommes heureux qu’une délégation de la FFR vienne nous rendre visite. Cela démontre l’intérêt que celle-ci porte au développement de nos jeunes ». Finalement pour s’en rendre compte il suffit d’écouter Fanny,15 ans et membre de l’académie pôle Espoir Rugby Montpellier « c’est très impressionnant, comme un rêve qui se réalise en quelque sorte. Et je n’aurais jamais imaginé les rencontrer un jour alors que je les voyais à la TV, c’est extraordinaire ».

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France