Bernard Laporte et Limoges au stade des ambitions

Publié le 13/09/18

Bernard Laporte était en visite ce mercredi à Limoges pour, entre autres, visiter le tout nouveau stade Beaublanc et partir une nouvelle fois à la rencontre du rugby local.

Juste derrière la silhouette incurvée du célèbre Palais des sports de la ville, où le CSP a conquis tant de sommets, se dresse désormais fièrement celle du stade Beaublanc. Depuis six ans, il fait peau neuve mais la mue n’est pas tout à fait terminée. C’est donc au son des perceuses que les enfants des trois Écoles de rugby de la ville (Usa Limoges, Val de Laurence, Capo Limoges) se sont données rendez-vous sur le terrain d’honneur, à l’ombre des deux somptueuses tribunes qui accueilleront jusqu’à 14 000 personnes. « L’inauguration est espérée en octobre, après plus de six ans de travaux difficiles », souffle Sylvie Rozette, adjointe au maire chargée des sports.

Elle mène la visite pour Bernard Laporte, deuxième étape d’une journée qui a débuté par une réunion avec institutionnels locaux et président de clubs. À portée de drop de la Semaine nationale des Écoles de rugby, le président de la FFR appuie d’abord là où ça fait mal : « L’image de notre sport. Si on veut reconquérir le cœur des gosses, ça passe par l’école. Depuis vingt ans, on l’a abandonnée. Mais il faut d’abord former nos éducateurs, les diplômer, les accompagner. Ensuite, on pourra, ils pourront retourner dans les écoles primaires, dans les collèges… », prône-t-il. Michel Macary, président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine a même anticipé la recommandation. « On travaille depuis deux mois sur le projet scolaire que l’on veut mettre en place sur notre Ligue. D’ici fin octobre, on aura un programme à proposer. On doit multiplier ces actions. Notre sport a quand même de très belles vertus… », glisse-t-il.

Après avoir déambulé dans les coursives du stade, visité les futurs vestiaires ou l’une des 21 loges, retour au terrain où six groupes d’enfants répètent leurs gammes. Aucun ne sera oublié par Bernard Laporte, qui discute aussi avec les éducateurs. « Sa venue est une reconnaissance pour la ville et pour les clubs locaux » apprécie Sylvie Rozette, adjointe au maire de la ville en charge des sports. « Et c’était important pour nous de lui montrer ce merveilleux outil et lui demander de nous aider à le promouvoir. On lui a aussi demandé de recevoir avec bienveillance notre demande d’être camp de base en 2023. Ce stade, c’est une charge énorme pour la ville et les citoyens. On a besoin de la Fédération et de la Ligue pour le transformer en quelque chose de positif ».

Crédit photo : Usal Limoges Rugby

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France