Rugby Amateur : Caraman leur dit merci !

Publié le 27/02/18

Trois jeunes joueurs de 20 ans ont pris la présidence d’un club au bord du gouffre. Avec passion et dévotion, ils ont déjà remis la JSC sur les rails.

Le trio n’atteint pas les 60 ans, un âge que beaucoup de leurs ho­mologues ont déjà dépassé. Les trois hommes ont repris en main la des­tinée de la JSC, à portée d’une loin­taine pénalité de Toulouse, sans com­plexe, avec passion.

Clément Cassan porte une attelle, épaule luxée et fin de saison sur le pré. Le pilier, ma­çon et tailleur de pierre de formation, peut se consacrer pleinement à sa tâche de co-président de club, partagée avec ses deux potes, Arno Bocquet et Florian Thuriès. Le premier est ailier et suit un DUT « Hygiène sécurité environnement » ; le second, talonneur, est en BTS de gestion d’entreprise agricole. Tous les trois ont vingt ans et rien ne les prédestinait à devenir prési­dents-joueurs de la JSC. Ils vivent depuis huit mois une aventure hors du commun…

Pourtant, tout n’a pas débuté comme les trois compères l’espéraient. « Notre première action officielle a été d’aller porter plainte pour le cambriolage du club-house, deux semaines après notre élection !», se marre Arno. Ce n’est pas ce que l’histoire retiendra. Leur dynamisme, leur volonté ont permis à un club qui se mourait de se relever, de se réveiller. « La saison dernière, il y avait 22 licenciés en fin de saison. Ils n’étaient pas nombreux, mais ceux qui étaient là se sont donnés à fond», raconte Florian.

Lui évoluait alors à Villefranche, Clément à Lavaur. Seul Arno était revenu au club de leur enfance. In­séparable jusqu’à passer toutes ses vacances ensemble, le trio a pris au sérieux le message d’un futur ex-diri­geant édicté sur le ton de la boutade en avril dernier.

« On était les trois les plus im­pliqués, présents à tous les matches, les troisièmes mi-temps. On est potes depuis l’école de rugby et la 6e. On apris un mois de réflexion et on s’est lancés », poursuit Florian. Mi-juin, à l’AG du club, les trois jeunes adultes prennent leurs fonctions avec l’appro­bation de tout le club. « Ils ne sont pas seuls, le Bureau est à leurs côtés, mais ils s’en sortent très bien. C’est une autre génération, une nouvelle dynamique, et on les suit. Ils arrivent à fédérer autour d’eux », admire leur prédécesseur, Laurent Castelle.

Ils ont d’abord recruté, la base de leur projet. « On a vite com­mencé à chercher des joueurs de notre catégorie d’âge, des anciens du club ou des jeunes qui avaient arrêté le rugby. » Leurs arguments ont pesé. Ils ont compensé les 5 départs par… 34 arrivées ! Pas moins de 55 joueurs sont aujourd’hui licenciés séniors de la JSC, le double de l’effectif de mai dernier. Julien Turini, ancien pro à Colomiers et à l’UBB, a voulu pro­fiter, à 36 ans, de la nouvelle dyna­mique d’un club dont son père a été également président. « Je suis du coin et quand j’ai appris ça, j’étais content pour la JSC. Beaucoup de jeunes de leur génération sont venus grâce à eux. L’amalgame avec les vieux s’est fait sans problème. Le club est reparti », savoure-t-il.

Camaran Rugby Amateur

L’ambitieux recrute­ment ne s’est pas limité à l’effectif. « On a aussi pris la déci­sion d’épaissir le staff. Quand on a vu l’effectif dont on disposait, on a plutôt vou­lu construire un groupe que deux équipes. On a donc opté pour une rotation permanente des coachs », explique Arno. La recette a bien pris. L’équipe première (2ème série) est en milieu de tableau, la réserve était en tête de sa poule aux fêtes.

Une jolie réponse à ceux, pas nom­breux, qui ont pu penser que le costume était trop grand pour eux. « Nous aussi on a eu des doutes au début. Ce n’est plus le cas », assure Clément. Leur union est d’ailleurs une vraie force. « On ne l’au­rait pas fait si on n’avait pas été trois, on a pu se répartir les mis­s i o n s », souligne Arno, un co-président qui s’est bien fait cham­brer quand il a reçu le seul carton rouge de la saison de l’équipe après une petite altercation.

Le trio fait aujourd’hui l’unanimité, chez eux comme ailleurs. Leurs adversaires répondent avec plaisir à leurs in­vitations aux troisièmes mi-temps et leurs désormais confrères présidents ou dirigeants sont ravis du vent de jeunesse qu’ils apportent. « Le président du Comité a eu un petit mot pour nous lors de la première AG », rappelle Arno. Jérôme Clerc, coach des avants, ne cache pas non plus son admiration pour ses trois jeunes présidents. « C’est ambitieux, courageux. Le village tout entier peut s’en réjouir. Grâce à eux, Caraman va vivre de belles décennies. » Ils n’en ont chacun que deux au compteur. Mais, comme leur club, ils viennent de gran­dir d’un coup.

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France