Rugby #BienJoué : Les Échauffements

Publié le 11/02/19

Chaque mois, nous décortiquons l’une des mesures de « Rugby #BienJoué » pour bien en saisir l’impact sur le rugby de demain. Quatrième épisode : le plan de sensibilisation à la réalisation des échauffements.

Comme la majorité des mesures du programme lancé en septembre dernier, la vocation de celle-ci est très claire : limiter les blessures en général et les commotions en particulier. Le constat a d’abord été réalisé par la fédération anglaise : un échauffement bien réalisé fait chuter le nombre de blessures sur le terrain de 72 % chez les jeunes, 40 % chez les adultes.

Dans les deux cas, l’étude dénombre 59 % de commotions en moins. « Comme unmusicien qui répète ses gammes avantun concert, chaque joueur doit se préparerà ce qui l’attend sur le terrain,doit réviser ses fondamentaux. C’est unpréambule absolument indispensable àun match ou une séance d’entraînement », affirme Julien Piscione, responsable Recherche et Développement à la FFR.

Sur le site de l’entraîneur et de l’éducateur, la fédération française a mis en ligne des vidéos d’échauffements types, détaillés par catégories d’âge. Un document a par ailleurs récemment été édité par la Direction Sportive, le « Programme de prévention des blessures des joueurs amateurs », qui détaille une liste d’exercices à réaliser avant d’aller taquiner le ballon. « C’est un enchaînementde petitsexercices de renforcementmusculaire quidure entre huit et dixminutes. On souhaiteque ça devienne unevraie routine préparatoirepour chaque joueur », décrypte Julien Piscione.

Tronc, cou, membres supérieurs et inférieurs, l’ensemble du corps est sollicité. Des squats, des fentes, des sauts pieds joints ou latéraux, des déplacements en miroir ou des petites accélérations lui permettent d’être prêt à affronter le combat ou la séance à venir. « L’échauffementen général est trop souvent galvaudédans le monde amateur. On envoit de plus en plus avec ballon. On neremet pas ça en question mais il y a untravail à faire en amont », insiste le Julien Piscione. Chiffres anglais à l’appui, il rappelle la vertu principale de ce programme et son objectif unique : « La diminutiondu risque de blessures. Il fautréussir à sensibiliser tous les joueurs àcette préparation indispensable. C’est aussi le travail des éducateurs, mais on aimerait que chaque joueur se prenneen charge. »

La version du programme proposée aujourd’hui évoluera au fil des ans et des données recueillies. Julien Piscione : « On souhaite mettre en placele suivi d’une centaine de clubs pourpiloter au mieux les actions préventiveset ce programme Rugby #BienJoué. Onveut aller plus loin que ces échauffementspréventifs, notamment dans lesattitudes au contact. »

POUR en savoir plus plus les échauffements

Réseaux sociaux

Suivez l'actualité des équipes de France et de la FFR sur nos réseaux sociaux

Boutique

Mettez-vous aux couleurs du XV de France et encouragez les Bleu(e)s.

Billetterie

Achetez vos billets pour les matches du XV de France et des équipes de France